Pont du Rock 2015, le vendredi

Le temps de sortir du travail, de passer à la maison pour une douche aussi nécessaire qu’obligatoire, non accessoirement de prendre la matériel de Momi, et on file au Pont du Rock, cuvée 2015. On n’est pas fatiguééééééééééééééééé, ou si peu! L’enthousiasme est bien présent, et comblera volontiers les lacunes de sommeil.
Alors on y va? Je te raconte?

J’arrive sur le parking sous une pluie battante? J’attends même un peu avant de descendre de l’auto. Attends, que je sois clair, je ne renonce pas, hein, je suis un breton, et fier de l’être, même pas peur. Disons, que mon intuition me dit que ça va finir par passer. Effectivement ça passe, mais à la vitesse supérieure. C’est donc d’un pas pressé et un poil (voire plusieurs), dégoulinant(s) que j’arrive sur le site. On me rassure en me disant que la pluie va s’arrêter à 18h. C’est presque vrai. Une chose est sûre, le premier concert débute au sec. Ceci dit, on est sous le chapiteau…

Le festival s’ouvre avec les Ask After B. Ce sont les vainqueurs du tremplin. Les nantais nous accueillent élégamment cravatés et arborant une veste d’étudiants.

L’entrée en matière est directe: un des groupes que j’ai envie de voir sur scène enchaine. Ma curiosité est piquée, et j’adore ça. Je te vois venir, si jamais, je ne suis ni infirmier, ni maso. Je suis juste un gosse qui aime découvrir et me faire surprendre.
C’est un jeune groupe, fondé en 2013, avec un mélange d’influences rock pop électro et j’en passe. La chanteuse Simone Ringer, et le guitariste Raoul Chichin ont le courage de ne rien rejeter de leur héritage familial, et de le partager de la meilleure des façons avec Joseph Delmas, Tanguy Truet, et Clément Aubert. C’est assumé dans le son, mais aussi dans la gestuelle. Pour autant, c’est juste excellent. Je suis maintenant curieuse de les voir évoluer et je l’espère, perdurer les uns avec les autres.
Le seul bémol, est une petite drache qui s’est invitée pendant le set, la dernière de la soirée 😉

Le sport commence avec Balthazar et Jambinai. Comment réussir à être en fosse devant la scène Grenouille et sous le chapiteau, quand les deux concerts commencent à la même heure? Raaaaaaaaaaaaaah, il va y avoir du sport, mais moi, j’reste tranquille!

Donc, place aux belges pour commencer. C’est du rock, mais pas que. Le mélange est assez savoureux, avec entre autre un joli son de violon au milieu de tout ça.

Ma course contre la montre se termine dans un calme effrayant. Je suis devant la scène de Jambinai, avec l’indulgence des supers agents de la sécurité, un tantinet essoufflé. J’ai tout loisir de retrouver mon souffle pour le coup. J’avoue m’ennuyer un peu. Leurs instruments sont justes énigmatiques et superbes, envoutants. Mais je me lasse très rapidement de devoir attendre les headbanging déchainés pour savoir que c’est la fin d’un morceau. Je reste sur ma faim musicalement parlant, on va dire trop « concept » pour moi 😉 .

Alors alors… Rodrigo y Gabriela, les deux guitares mexicaines… je ne connais pas, je n’en attends rien. Je m’installe, et ils arrivent. SLAM! Je me prends une punaise de claque. Sérieux, une incroyable technique, c’est jouissif. Ils arrivent à occuper l’espace de la scène dragon à eux seuls. J’adore, vraiment. Ceci dit, pour être très honnête, je ne sais pas si j’apprécierai autant un set de concert, j’ai un peu peur de longueurs.

Un gars et une fille avec leur guitare, sans voix. Il faut oser, et ils le font extrêmement bien.

Le peuple de l’herbe, ce n’est pas vraiment mon univers, je dois bien le dire. Maintenant, je ne vais pas te cacher que j’ai passé un chouette moment scénique. Comme quoi, tout arrive! ^^
Franchement, JC-001, il assure vraiment.

Ma soirée s’arrête là. Le dernier concert, je ne fais qu’y passer, et ne reste pas plus de deux minutes. En dehors du fait que c’est tout sauf mon univers, Momi et moi avec les autres photographes, nous nous retrouvons parqués sur les côtés sous les consignes du de l’artiste ou de son entourage. Je n’en sais pas plus, et n’essaye pas d’aller plus loin. C’est le jeu. 😉

Je finis cette Z’aventure comme à chaque fois avec un ch’tit portenawak, et portraits pris tout au long de cette journée…

Un énorme merci à tous… J’ai passé une excellente soirée, une fois encore!

Si jamais tu veux voir la suite de l’édition 2015, à savoir le samedi, bah, c’est par ici:
Le pont du Rock 2015, le samedi

3 commentaires

  1. Alors que nous pleurons notre Kiki Visual Fx, je vois que toi, tu t’amuses bien… C’est normal… La vie continue…
    En tout cas, merci pour ces belles photos et ce beau reportage !

  2. Pffff j’suis meme po dessus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *