Pont du Rock 2014, vendredi

Je vais te narrer ici même toute ma journée du vendredi au Pont du Rock 2014: tu y retrouveras donc, toutes mes tofs des différents artistes mais également du site, du public et quelques portraits. Alors, bonne visite, et c’est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

J’arrive sur le site vers 17h. Il fait beau, très beau. Il fait chaud, très chaud, trop chaud. Mais étonnamment, je n’ai pas envie de me plaindre quand je repense au trop mouillé d’hier à la même heure: HAPPY!
Non sans claquer quelques bisous et serrer quelques paluches de retrouvailles, je fais le traditionnel tour du site , pour repérer les lieux avant la tornade humaine qui va souffler dans moins de 2 heures.

Cette année, ce n’est pas le tremplin qui ouvre le festival. C’est Kings of nothing, et ça se passe sous le chapiteau. J’avoue que l’année dernière je n’y avais pas mis les pieds. Mais cette année, je prends de bonnes résolutions, avec les locaux de l’étape.

Pas le temps de souffler, que c’est déjà un des groupes pour lesquels je suis vraiment heureux d’être là: les Triggerfinger! Ils jouent sur la scène Grenouille. Pour être très honnête, j’ai craqué sur leur visuel avant même d’avoir entendu leur son. Ces garçons m’intriguent. Je n’ai pas résisté à les écouter pendant que Momi cousait mon nouveau TShirt, et tu sais quoi? J’adore ces belges!
Sur scène, je me régale: du bon rock, un peu pop épicé de de blues, MIAM. Erf, c’est pas bien malin, c’est pas bon pour mon régime ça, j’en reprendrai bien encore!

Direction la scène Dragon, entre l’intimidation et l’excitation, pour voir Yodélice. La dernière fois qu’il était venu au Pont du Rock en 2009, on avait eu comme un RV manqué. Mais c’est de l’histoire ancienne, et une page se tourne: Momi vérifie son matériel fébrilement, et c’est parti pour 3 chansons à danser devant son appareil. Ravi, je le suis, et j’en redemande. Alors sans hésiter on passe du côté festivalier pour m’en coller plein les oreilles et les yeux. Chapeau l’artiste!!! Et j’ai adoré l’invitation surprise de Yarol Poupaud (FFF), le charme des festivals 😀
(En ce qui concerne le volume de photos publié ici, je n’y suis pour rien, et pour le coup, Momi non plus: non elle n’a pas pris son boitier à l’envers, non elle n’a pas foiré toutes ses tofs: elle en avait traité une dizaine de plus de jolies; mais pour faire simple, il a fallu faire des choix, que nous n’assumons pas, mais que nous respectons 😉 )

Une happy-end aussi inattendue que bonne, j’ai le droit et même le gauche de compléter ma galerie de Yodélice avec toutes les tofs que je veux, yeaaaaaaaaaaaaaah, yabon ça! Alors, tu en veux plus??? C’est par làààààààààààààààààààààààà… Un énorme merci à qui de droit 😉

Shantel & the Bucovina club orchestra? ‘connais pas! Une bonne occasion de me dépayser 😉

Pour le coup, on fait le grand écart, et je vais les poches remplies de curiosité vers la scène Dragon, pour les FFF. Voilà le groupe type, que je connais sans vraiment connaitre. Allez, je balance du dossier: je n’ai plus  tout à fait 30 ans! Ahahaaaaaaaaa, te fiche donc pas de ma tronche, si ce n’est encore le cas, ça t’arrivera bien, et c’est tout le mal que je te souhaite en même temps. Bref, tout ça pour dire, qu’à l’âge de toute mon insouciance de noctambule tendance insomniaque, j’ai été bercé par les débuts de ces garçons. Hey, tu crois que je ne te vois pas compter sur tes doigts pour deviner mon âge? Oo Et qui a dit que je les traitais de vieux? Qui??? Je veux des noms! 😀
Je ne suis pas déçu, du bonheur en barre. Vous nous avez manqué, et je suis bien content de votre retour! Merci et bravo 😉

Tiens donc, Tagada Jones, le retour. C’est drôle, ils étaient là, en 2009, comme Yodélice! Je ne cache pas mon léger stress: ils jouent sous le chapiteau, l’endroit est un chouillat exigu, et l’ambiance est très chaude. Momiflette ouvre son œil derrière la tête pour surveiller ses arrières ^^. Ça ne nous empêchera pas, bien au contraire, de passer un excellent moment, comme à chaque fois que je les ai croisés, c’est toujours un plaisir!

Je suis claqué. Heu, non, bien sûr: ON N’EST PAS FATIGUEEEEEEEEEEEEEEEEE! Oo
Allez, le dernier et on file au lit: Superdiscount, présenté par Etienne de Crécy. Effectivement, là, après FFF, je prends conscience que je ne suis plus aussi jeune que beaucoup de festivaliers, qui eux, tiennent la marée. C’est donc sur le pointe des ripatons, que je m’éclipse, pour mieux revenir demain. 😀

Pour conclure le vendredi, je te mets quelques tofs de gens que j’ai croisé là-bas durant cette journée. Garde un œil par ici, la journée de samedi sera mise en ligne au plus vite.  😉

Un énorme merci à tous, et à tout vite pour la suite 😉

2 commentaires

  1. je vois que tu commences a maitrises ton nouveau joujou
    tres belles photos et j’avais raison pour les triggenfingers super groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *