Une journée au zoo

Des mois que le petit Tom me supplie de l’accompagner au zoo de la Flèche. Alors mon petit gars, que je te dise: dans le zoo de la Flèche, ce n’est pas la Flèche qui me dérange le plus. Non non, par contre le mot zoo, alors là… Bah oui, j’ai un peu de mal avec la privation de liberté des animaux. Bon, ok, on peut aller voir, au moins pour avoir un avis.
Comment y aller? Bah en auto! Quand y aller? Bah lundi, on va déjà au Parc de Branféré, donc pas possible. Mardi bah c’est férié alors c’est repos! A partir de jeudi, il pleut, et après les vacances se terminent pour moi. Il reste donc au choix, mercredi ou… mercredi. A l’unanimité, on y va donc mercredi!
On quitte Vannes à 6h30 après avoir fait le plein de l’auto. L’ambiance est joyeuse. Le petit Tom va réaliser un rêve. Moi, bah, je me laisse vivre et profite de la bonne humeur ambiante.

On arrive juste à 9h30, à l’ouverture des portes. Il y a déjà beaucoup de monde sur le parking. Pour autant, on rentre assez facilement sans trop d’attente. C’est là que commence ma journée au zoo.
Heu, un carnet de dédicaces à vendre à l’entrée? On fait dédicacer les animaux ici, ça se passe comment? Oo

Je te vois venir, tu vas me demander les petits noms des bestioles? Alors là, je botte en touche. Je pense que le petit Tom est bien plus calé. Moi je suis surtout à me contrôler dans le vivarium, un peu en stress devant elles, le tout dans une chaleur étouffante. C’est donc sans me faire prier que je presse le pas pour rejoindre le spectacle des otaries. Je vais te dire un secret, c’est la première fois que j’assiste à tel show, et je suis très curieux  de le découvrir.
Je trouve une jolie complicité avec les animaux, et une soigneuse qui semble bien veillante avec les otaries. J’échangerais bien 2/3 mots avec elle pour en savoir plus. Mais je prends pleinement conscience de la raison des carnets de dédicaces. Telles des rock-stars, les soigneurs ne sont accessibles qu’avec une file d’attente à enchainer signature et selfies… Mais, on vient au zoo pour voir et apprendre sur les animaux, ou pour vivre la téléréalité? Déception :( Je passe mon tour et repars avec mes questions.

Après un petit pique-nique que l’on a emmené dans le sac, et je m’en félicite vues les filles d’attente aux kiosques de restauration, on prend le chemin des chats pêcheurs. Malheureusement, il fait beau, très beau, chaud, très chaud, trop chaud pour un certain nombre d’animaux. Les chats pêcheurs que je rêvais de découvrir sont cachés au fond de la cage, bien à l’abri du soleil. Je ne l’aperçoit que derrières des branches, mais je ne peux pas lui en vouloir de rester à la fraîche.

Je garde un œil sur la montre, pour ne pas rater le goûter des ours polaires. Donc on remonte gentiment, en passant par la volière des Loris, et en en profitant pour découvrir les coatis. Les tigres vont jouer à cache cache avec nous, mais coup de chance, j’ai fini par gagner, même si je ne faisais pas trop mon fier face à lui.

J’arrive à temps pour le goûter! C’est vraiment un super moment. Bon ok, je ronge un peu mon frein face à toutes les incivilités des gens… Il n’y a pas un moment où ils se demandent pourquoi il y a des gradins, et que de rester debout devant les vitres peut éventuellement gêner ceux qui sont patiemment assis aux places prévues à cet effet? :/

C’est sympa le goûter de l’ours polaire, vraiment, c’est même presque envoûtant. Mais mon goûter à moi, hein, mon goûter à moi? Et bien c’est maintenant! Comment ça tu ne fais pas de 4 heures toi? Bah moi si, toujours, et ça me revigore pour la suite de la journée.
Il me fallait au moins ça, pour assister à la présentation d’un reptile, un boa constrictor. Et tu sais quoi? Moi, trouillard de première avec les serpents, j’ai osé par défi avec le petit Tom, caresser ce charmant personnage à la langue fendue. #enmodetropfier #depassementdesesphobies

Bien caché au fond d’un buisson, je trouve un mini fauve échappé… un tout mimi chaton qui profite de la désertion du zoo à l’heure de la fermeture. Les animaux sont calmes. J’ai envie de me cacher et de me faire oublier pour passer plus de temps en tête à tête avec eux.
Un visiteur approche un soigneur: « Excusez moi…? » /  » Je dois nourrir les animaux, on voit après pour les autographes? » / « Heu, je voulais juste savoir où je peux trouver les toilettes… :( « . Erf, de quoi me poser encore plus de questions… On en est là, donc? Attention, je ne juge pas forcément le soigneur, j’ai vu comment ils sont régulièrement abordés, de quoi être un peu tendu à la fin de la journée… Mais voilà, donc, en fait, pfff….
Passage obligatoire par la boutique pour sortir. J’ai un peu l’impression d’être le premier jour des soldes, avec le monde, les gamins fatigués et surexcités… C’est assez violent, il est temps pour moi de filer.
Un bilan? Alors là, je ne sais pas quoi dire. Vraiment, avec le petit Tom, j’ai passé une excellente journée! Tout est fait pour que petits et grands y trouvent leur compte.
Après, tout cet effet médiatique et tous les excès qui en découlent, j’ai beaucoup de mal.
Quant à toutes les questions concernant la privation de liberté, le bien être des animaux, les fondamentaux d’un zoo… je repars avec en te renvoyant à ma réflexion précédente: je n’ai croisé personne avec qui en discuter.
Vais je vouloir y revenir? That is the question… Ouais, mais… Affaire à suivre…
En attendant, le petit Tom rentre avec un sourire et des souvenirs plein la tête! ^^

Un commentaire

  1. bonjour ! j’ai beaucoup apprécié le suricat (j’adore leurs mimiques) et le petit fauve du buisson : ouf en voilà un en liberté !! Mahila valide :-)
    bien d’accord avec kiki concernant la privation de liberté et les conditions de vie dans cette « prison »… :-( à bientôt pour de nouvelles aventures. hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *