Au Pont du Rock 2017, le samedi

Le réveil se fait humide… Je tire le rideau, et vois les fenêtres bien humides. Je m’auto-félicite d’avoir consulté la météo, et de m’être garé près d’un abris. J’apprécie mon petit dèj au sec!

Pendant que Momi travaille ses photos d’hier, moi je me la coule douce. S’en suit un bon petit repas, sans trop de pluie. Il est l’heure de rendre visite aux lapins crétins en se rendant dans le bourg ^^.  Je découvre les Stick’n Fingers, originaires de Vannes.
Si je ne connais pas le premier groupe qui me fait office de première partie, j’attends impatiemment les seconds. Moi qui ne suis pas fan de reprises, les Stick’n Fingers originaires de Vannes, tirent leur épingle du jeu en reprenant des standards rock influencées entre autre par les Rolling Stones. C’est propre, c’est efficace. Je passe un moment sympatoche. Quand aux Hot Wheel Kids, une fois encore, je ne suis pas déçu. J’adore!!! Je ne peux pas rester jusqu’à la fin, parce que Momi doit rentrer préparer son matériel ce soir… Et oui, j’aurais adoré vraiment voir le set en entier, mais mais mais…

 

De retour sur le site… lis bien jusqu’au bout, tu es peut être dans la galerie?

Ils n’ont pas eu à faire beaucoup de route, les Pickels qui ouvrent le bal sous le chapiteau sont originaires de Vannes. C’est une découverte pour moi. Ils ne sont pas mauvais du tout. La soirée commence bien, ma seule crainte étant les averses bien menaçantes…

The Limiñanas… Il s’agit d’un duo. Un duo à… 6. En gros, y a le couple monsieur et madame Limiñana accompagné par 4 acolytes. C’est pas désagréable. Par contre Momi est mauvaise joueuse et n’aime pas trop que l’on décide pour elle qui illustre le set ou pas. Du coup bah, on profite moyen et on ne reste pas plus des 3 chansons pour en savoir plus. Alors bon, tu y trouveras un portrait de chacun comme demandé, toutes sous le même format parce que faut voir à pas déconner, et puis voilà quoi. Rien d’autre à rajouter de peur de transgresser la règle, comme à l’école des fans, j’ai envie de dire, tout le monde a gagné.

En ce qui concerne les Fishbach, je ne les ai point vus, et j’en suis bien désolé. Une petite incompréhension en ce qui concerne la gestion de la fosse, et je suis arrivé trop tard. Je m’excuse platement de ne pas pouvoir t’en dire et t’en montrer plus :(
Par contre dans le même temps joue Kaviar Special. Des tout jeunes rennais qui se font connaître au delà de nos frontières et qui nous font le plaisir d’enflammer le chapiteau.

La suite? Séquence émotionS! A la base, je ne suis pas spécialement fan, j’avoue. Mais très vite, je suis envoûté. On aime ou on déteste. J’ai beaucoup de raisons fondamentales de le détester. Mais va savoir pourquoi, c’est l’effet inverse qui se produit. Je kiffe total sa folie, certes un poil artificielle, mais c’est une des seules choses qui est artificielle justement. Tout le reste n’est que sincérité, naturel, voire instinctuel. Comme un pied de nez à tous les sets formatés et réglés comme des machines, je me retrouve avec un type qui se livre à 200%, comme il en a envie, au moment où il en a envie, et ça, j’adore.

Le PdR a basculé dans la 4ième dimension, celle où les guitares, les micros, et les percus deviennent des objets volants identifiés!

J’ai un peu de mal à passer à la suite de la soirée. Je reste sous son emprise, je me demande ce qu’il vient de se passer. Pourtant, Frustration débute sur la scène Grenouille. Et tu sais quoi? Bah c’est très très bon! Du punk rock et du bon, en veux tu en voilà!

Dans le même temps, Taïwan MC joue sous le chapiteau. Je passe les voir par curiosité. Ce n’est pas vraiment ma cam j’avoue. Maintenant, je n’ai rien à leur reprocher, ils font bien leur job.

La Femme? Particuliers. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans. J’ai trouvé trop de retenue, peut être trop conceptuel dans un premier de temps. Je passe sur le site pour rencontrer des festivaliers, et finalement je trouve ça plutôt pas mal. ^^

Hey, c’est quoi ce temps? Y en a marre des averses. Et là en plus, ce n’est pas juste un crachin. Je ne me laisse pas démonter, direction la scène Grenouille pour rejoindre Mat Bastard. J’ai adoré Skip The Use, vraiment, et même aujourd’hui feu STU, je continue de m’en régaler. Mais, oui, il y a un mais… le projet solo, bah, de ce que j’en ai entendu, bof. Alors? Réconcilié ou bien? Et bien OUI! C’est juste énorme. Ça n’a rien de mièvre, ça déchire. J’en veux encore et encore ENCOOOOOOOOOOOORE!

Histoire de mettre un peu à l’abri et de n’oublier personne, je file vite fait sous le chapiteau , et je suis agréablement surpris. 7 weeks, ne te fie pas à leur nom, ce sont des français. Ce n’est pas par hasard qu’ils ont assuré la première partie des Triggerfinger. Du bon rock option heavy metal, j’en profite bien.

On va faire clair, Chinese man, c’est tellement loin de mon univers, que je leur laisse peu de chance à 1h05 au deuxième soir de festival, de me convaincre.

Pas mieux… en pire pour Vandal. Toi qui adore ça, tu vas me dire que j’ai tort. D’ailleurs, à l’occasion, je serai content d’en discuter avec toi.

Il est 2h25, et mon lit m’appelle: « viens Kiki, viens! Je suis douillet, je suis chaud, je suis sec! ». C’est sans compter un dernier groupe à aller voir sous le chapiteau, la Poison. Géant vert! Mais c’est quoi? Le visuel est plus que surprenant. Le projet n’est pas vieux, puisqu’il a été formé en 2015. Par contre derrière, il y a de l’expérience, notamment avec Daniel Jamet, anciennement guitariste de la Mano Negra ou avec Mano Solo. Je reste un peu plus longtemps que prévu, je me laisse prendre au jeu.

Bé voilà, il est l’heure pour moi je retrouver l’écurie! Deux jours de festoche, deux jours de bonheur, des souvenirs plein la tête, et de la fatigue à revendre. Mais quel pied! Allez, je te laisse te chercher par ici ou par là…

Je viens de fêter mon 10ièm anniversaire de présence au Pont Du Rock. J’ai l’impression pour autant que je viens de commencer. Chaque édition est si différente l’une de l’autre. J’ai une fois encore adoré, et je n’attends qu’une seule chose, la suivante!
Un énorme merci à tous, vraiment, pour l’accueil, et tous les à côté; bravo aux artistes et merci aussi pour tout ce que vous donnez; quant au public, quel bonheur de partager ces moments avec vous tous!
Si tu n’as pas encore vu la journée du vendredi, vas donc voir par là:
Au Pont du Rock 2017, le vendredi

Un commentaire

  1. alors pour l’appreciation des groupes je te fais confiance j’en connais quasi aucun
    :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *