Au Pont du Rock 2017, le vendredi

Ce matin, je me suis levé à 4h30 pour être prêt pour les 2 jours de festival! Ah non, c’est juste pour aller au boulot. Et comme j’y suis tellement bien, au job, bah, j’y fais du rab. Alors c’est qui qui rentre à l’arrache à la maison pour se préparer? C’est bibi c’est Kikiiiiiii. Même pas mal, ça n’empiète pas ma joie de passer de 2 jours à Malestroit.
Sur place, je cherche une place de parking identique à l’année dernière, parce que j’y étais bien Tintin. Une fois garée, ma voix féminine me demande de réfléchir deux secondes… Ah, ouiiiiiiiii, la météo! C’est vrai, il parait que demain, il y aura des averses. Il est donc préférable de me rapprocher d’un abris. C’est donc tout près de la petite maison dans la prairie, que je m’installe. Je suis garé.

Alors tu me suis? Direction le chapiteau pour découvrir les vainqueurs du tremplin, Gad Zukes. Cette grande fratrie de 2 sœurs et 3 frères vivent entre la Bretagne et l’Angleterre. C’est heureux d’être ici et ensemble qu’ils assurent un set très souriant.

Si le projet solo The Legendary Tigerman est bien celui de Paolo Furtado qui sort son 5ièm album, il n’en reste pas moins que pour moi, le plus solaire sur scène est le cuivre. Caché derrière ses lunettes de soleil, le petit frère portugais de Serge Gainsbourg, bien que visiblement blessé à la main gauche (ce qui est ballot pour un gaucher), assure un son puissant avec sa guitare. Son acolyte au saxo, lui, assaisonne le set de soleil.

Hey, tu n’aimerais pas voyager un peu? On va voir les vaches? Pas n’importe lesquelles, hein, je t’emmène dans la campagne finlandaise. Je te présente les Steve’n’Seagulls. Cinq gaillards déjantés qui se sont faits connaitre avec des vidéos sur Youtube avec des reprises comme l’étonnante Thundertruck. Armés d’un banjo, d’une contrebasse, d’un accordéon, comme d’une banale guitare, ces garçons s’amusent, nous amusent, et ils le font bien! J’adore.

Une petite faim? Hop hop, un grand Burger! Un jeu très statique, un parler poétique très grave. Comment, dire, je m’ennuie. C’est bien ficelé, hein, c’est propre. Mais je m’ennuie. :( Suis je passé à côté d’un truc?

On se retrouve sous le chapiteau, pour un numéro de clown? Presque oui. Si je me tiens juste au son, j’ai envie de dire, c’est pas mal. Après, les paroles, la mise en scène, heu, là, j’ai envie de passer mon tour. Est ce la part féminine en moi qui me fait dire que je trouve ça trop grossier (en mode je suis une licorne lalalalaaaaaaaaa), ou alors ai je juste le droit de dire que c’est pas mon kiff? C’est dommage, le son une fois encore est assez bon, mais j’ai l’impression de redécouvrir Licence IV 25 ans plus tard, et pour le coup, je trouve ça un chouia saoulant.

En 2011, Momi était grosse comme une baleine, et moi ça me faisait marrer comme… une baleine, de la voir rouler sa boule comme ça sur le site du festival. Elle a attendu plusieurs semaines avant d’accoucher, je te rassure. Je garde un excellent souvenir du passage de Catherine Ringer. 6 ans plus tard, je ne suis pas déçu. Excentrique dotée d’une voix avec laquelle elle joue savamment, et d’un véritable talent d’actrice, elle m’enchante. Elle se met en scène pour nous raconter des histoires… je chante, je braille, je souris, bref, j’aime BEAUCOUP!

Déjà 16 ans de carrière à bientôt 29 ans, pour Biga*Ranx

Allez, on retourne sous le chapiteau. J’ai du mal à comprendre. Momi baisse l’objectif, et on se regarde. C’est quoi le truc? Elle hésite à prendre des photos. Moi j’hésite à rire. Mais pourquoi font ils toutes ses grimaces? C’est plutôt sympa à part ça. Bon, ok, ça doit être leur concept. Momi se remet au boulot, et moi, bah, je profite.

J’ai attrapé un coup d’soleil, un coup d’amour, un coup d’je t’aime… Sérieux, les light de The Bloody Beetroots, ça déchire. On en sent la chaleur de la fosse. Ce n’est pour le coup pas évident de profiter du spectacle. Je ressors ébloui, et bronzé! 😀

Tu étais là? Tu connais du monde qui est venu? Tu veux juste faire ton curieux? Alors les photos qui suivent sont pour toi! Ambiance, tip tip tip… :)

Un énorme merci, mais vraiment, hein, à tous, l’orga, les bénévoles, le public, les artistes, et tous ceux qui m’ont supporté. J’ai passé une excellente soirée.
Si tu veux découvrir la soirée de samedi, c’est par Z’ici:
Au Pont du Rock 2017, le samedi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *